Café du Cartel : surfez sur la troisième vague

Café du Cartel : surfez sur la troisième vague

Si le cyclisme est l’élément rassembleur pour celles et ceux qui fréquentent le Vélo Cartel, le café en est le lubrifiant social.

Nos exigences en la matière sont comparables à tout le reste : qu’il s’agisse de vélo, de vêtements ou de boissons, nous mettons de l’avant des produits de qualité, dont nous apprécions la finesse.

Explorer un monde de saveurs

Comme le vin, le café recèle des arômes particuliers. On peut apprendre à le déguster, à découvrir les variétés qui nous plaisent – ou pas – et ainsi développer son goût pour la chose. Ce qui débute par une introduction rapide à cet univers.

Chez Vélo Cartel, nous nous sommes associés à Saint-Henri, un microtorréfacteur qui, pour ses produits «signature», importe ses grains directement des producteurs, dans un souci de commerce durable et équitable.

La troisième vague, c’est quoi?

Lorsqu’il est question de café de dégustation, on parle souvent de troisième vague.

Mais qu’est-ce que ça signifie, au juste, et quelles sont les deux autres vagues? On vous explique.

La popularisation du café remonte aux deux guerres mondiales. À l’époque, la boisson fait fureur chez les soldats, et c’est alors qu’elle s’inscrit dans les habitudes quotidiennes des Nord-Américains.

Au tournant des années 1960-1970, la seconde vague consacre la boisson, dorénavant disponible sous différentes formes : principalement infusée en filtre de ce côté de l’Atlantique, et en espresso chez nos amis européens. C’est l’époque du sacre des cafés colombiens et des grandes marques, comme Maxwell House, de même que des figures marketing fortes, comme Juan Valdez. Cette vague s’étirera jusqu’aux années 1990, tandis que les cafés de quartier et de grandes entreprises comme Starbucks changent notre manière de consommer la chose, désormais plus en phase avec la tradition européenne.

Quand le café devient comme le vin

La troisième vague, toute récente, n’a qu’une vingtaine d’années. Elle marque une époque de raffinement où la fabrication du café rejoint celle du vin dans la manière d’envisager les terroirs, les variétés de fruits (car ne l’oublions pas, il s’agit d’un grain entouré de pulpe et de chair, à l’origine) et la recherche de saveurs précises à travers les méthodes de torréfaction – soit la cuisson du café à très haute température.

Nous en sommes là, à sans cesse approfondir nos connaissances et à décliner les subtilités d’un café en comparaison d’un autre. Certains sont plus floraux, fruités. D’autres acides, ou sucrés. On y décèle un goût de cerise, de mélasse, d’agrumes, d’épices.

À tout cela s’ajoutent les différentes façons de l’apprécier. Très court et serré, pour la texture onctueuse et le goût prononcé. Avec du lait, pour ceux qui chérissent cette union divine. Ou filtre, pour s’imbiber les papilles de riches arômes.

«Chacun a ses préférences, souligne Nicholas Ladouceur, torréfacteur chez Saint-Henri. Il y a des cafés qui, dans l’absolu, sont excellents, mais qu’on n’apprécie pas nécessairement, parce qu’ils sont trop acides, ou trop fruités, et c’est normal. L’important, c’est d’essayer plusieurs variétés pour découvrir ce qu’on aime.»

C’est avec plaisir que nous vous accompagnerons dans vos découvertes. Venez nous voir. Dites-nous ce que vous préférez. Laissez-nous vous faire déguster quelques-uns de nos produits, et poursuivons ensemble notre exploration du café. Ce n’est qu’un début. La troisième vague vient tout juste de se lever.

Nos cafés

Nous utilisons principalement le café Holycow de Saint-Henri, un mélange qui convient à la majorité. Mais nous vendons aussi les principaux produits de cette excellente brûlerie. Voici un tour d’horizon pour amorcer votre exploration.

En introduction : Colosseo

Si vous êtes habitué à un espresso à l’italienne, bien torréfié, qui fleure bon le chocolat, et que vous souhaitez poursuivre dans cette voie, le Colosseo vous conviendra parfaitement.

Le passe-partout : Holycow

C’est le café maison du Cartel. Moins robuste que le Colosseo, il emprunte une légère amertume au Godshot, ce qui en fait une porte d’entrée idéale pour les explorateurs qui souhaitent s’aventurer vers des arômes plus fruités.

La clé des champs : Godshot

Le Godshot est l’espresso signature de notre partenaire, le Saint-Henri. C’est un café acidulé, tourné vers le fruit, qui produit un liquide de grande qualité pour celles et ceux qui sortent des sentiers battus afin de surfer à fond sur la troisième vague.

Michael Woods : l’hommage rendu à Bruno

Michael Woods : l’hommage rendu à Bruno

La psychologie de la performance avec Michael Woods

La psychologie de la performance avec Michael Woods

0